SADC
A+ A-
AccueilLes ménages et les familles dans Lanaudière en 2011

Les ménages et les familles dans Lanaudière en 2011

Depuis dix ans, dans Lanaudière, y a-t il davantage de familles monoparentales? de couples vivant en union libre? de personnes vivant seules? À partir des données du recensement canadien, voilà à quoi répond le nouveau numéro titré Les ménages et  les familles dans Lanaudière en 2011 du bulletin On surveille pour vous  rédigé par André Guillemette de la Direction de la santé publique de Lanaudière.

Consultez ce portrait. Aussi disponible sous l’onglet Documents et Outils!

Les ménages et les familles
Dans Lanaudière, en 2011, moins de 7 000 personnes vivent dans des ménages collectifs dont les deux tiers dans des établissements de soins de santé. C’est donc dire que la presque totalité de la population lanaudoise vit dans les 190 475 ménages privés de la région. Cette situation n’est pas exceptionnelle, car le constat est le même pour l’ensemble du Québec et pour les recensements antérieurs.

Autour de 84 % des résidents de Lanaudière vivent au sein des 138 820 familles de la région, alors qu’un peu plus de 10 %, soit 48 435 individus, vivent seuls et que 4,3 % habitent avec une ou des personnes apparentées (oncle, cousin, neveu, etc.) ou non. Comparativement à l’ensemble du Québec, Lanaudière compte une plus forte proportion de personnes vivant dans une famille et un pourcentage moindre de personnes vivant seules.

Près de 48 % des familles lanaudoises sont composées d’un couple marié avec ou sans enfants et environ 37 % sont formées d’un couple en union libre avec ou sans enfants. Dans Lanaudière comme au Québec, une majorité des couples mariés sont sans enfants à la maison, alors que c’est l’inverse pour les couples en union libre. Cela permet de supposer que les couples en union libre sont, en général, plus jeunes que les couples mariés. Un peu moins de 16 % des familles lanaudoises, soit 21 740, sont monoparentales.

La comparaison entre Lanaudière et le Québec laisse entrevoir des différences quant à la situation des particuliers dans les familles. Ainsi, Lanaudière compte, toutes proportions gardées, plus de couples en union libre, moins de couples mariés et un peu moins de familles monoparentales. Les deux territoires présentent des pourcentages similaires de familles avec enfants (58 %).

Tendances chronologiques
Depuis 2001, des modifications dans la structure des familles ont été observées. La part relative des couples avec enfants a décru, alors que celle des familles monoparentales s’est accrue. De même, la proportion de couples mariés s’est amenuisée tandis que celle des couples en union libre a augmenté. Au Québec, l’évolution chronologique n’est pas tout à fait la même puisque la proportion de familles monoparentales est demeurée inchangée entre 2001 et 2011. Il est intéressant de noter que dans Lanaudière, comme au Québec, le pourcentage de familles monoparentales avec un parent de sexe masculin a augmenté au cours des dernières années. Il demeure néanmoins que les familles monoparentales avec un parent de sexe féminin sont largement prépondérantes.

Pour les trois recensements considérés, la proportion de personnes vivant dans les ménages collectifs est restée sensiblement la même dans Lanaudière et au Québec. Le pourcentage de personnes vivant dans une famille a toutefois diminué, alors que celui des personnes vivant seules est en hausse.

Pour conclure
La forte augmentation du nombre de personnes vivant dans Lanaudière a un impact significatif quant à la demande de services de santé et de services sociaux. Il ne faut cependant pas oublier que l’évolution de la situation des particuliers dans les familles a et aura aussi des répercussions sur les besoins de la population envers ces mêmes services.